Tourisme en Algerie


L’Algérie est le pays le plus grand du continent africain et le 10e pays le plus grand au monde en termes de superficie totale. Situé en Afrique du Nord, une des principales attractions touristiques est le Sahara, le deuxième plus grand désert au monde1. Quelques dunes de sables peuvent atteindre 180 mètres de hauteur2,3. Cet État est membre de l’Organisation mondiale du tourisme depuis 1976 mais le tourisme en Algérie n’en est pourtant qu’à ses débuts. Les revenus liés au tourisme ne dépassent pas les 10 % du produit intérieur brut et selon le rapport « Faits saillants du tourisme » de l’Organisation mondiale du tourisme publié en 2014, l’Algérie est la 4e destination touristique en Afrique en 2013 avec 2,7 millions de touristes étrangers4, et occupe la 111e position sur la scène du tourisme international, selon le Conseil mondial du tourisme et du voyage (WTTC), basé à Londres. Le secteur du tourisme en Algérie représente 3,9 % du volume des exportations, 9,5 % du taux des investissements productifs et 8,1 % du Produit Intérieur Brut.

Les événements tragiques du début des années 1990 ont retardé le développement des infrastructures et découragé bon nombre de touristes d’y séjourner. Cependant la tendance tend à s’inverser5 avec un retour des étrangers, principalement un tourisme d’affinité[Quoi ?] venu de France. On note par exemple une augmentation de 20 % de touristes entre 2000 et 2005.

Les principaux concurrents sont les pays du pourtour méditerranéen dont la majorité a développé une économie fortement basée dans ce secteur6.

L’Algérie bénéficie d’atouts naturels importants tels que ses plages en général encore à l’état sauvage, des paysages et des zones comme le Sahara algérien. L’Algérie compte 10 parcs nationaux parmi lesquels le Parc culturel du Tassili (100 000 ha) ou le Parc culturel de l’Ahaggar (Hoggar) (380 000 ha)

Les amateurs de randonnées ont accès aux vastes montagnes de Kabylie. Malgré ce que l’on pense, l’Algerie dispose aussi d’un domaine skiable à Tikjda ainsi que des stations thermales.

Sur le plan architectural, on peut noter de fortes influences berbère, arabe, espagnole et française consécutive à la colonisation mais aussi des œuvres plus contemporaines. La grande poste d’Alger reste un monument remarquable de type néo-mauresque, œuvre de Jules Voinot et Marius Toudoire. La Casbah d’Alger est également un lieu de visite classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 198214.

Quelques sites remarquables du tourisme en Algérie

Le port de plaisance de Sidi-Fredj à Alger.

Station balnéaire d’El Djamila à Alger.

Liste non exhaustive

Parcs nationaux d’Algérie

L’Algérie compte 10 parcs nationaux où non seulement faune et flore sont protégées, mais aussi les sites spéléologiques. Toute exploitation minière, pétrolière et énergétique ainsi que la chasse y sont strictement interdites, ces parcs sont :

Tourisme saharien

Les terrasses de l’hôtel Gourara à Timimoun.

Le tourisme saharien en Algérie est en plein essor, le Grand Sud une destination phare à l’international. La randonnée n’est pas l’unique moyen de découvrir le Sahara, en effet des circuits à dos de chameau Méharée ou en véhicule 4×4, voire des formules combinant randonnée, méharée et 4×4. Parmi les endroits incontournables du Sahara en cite :

Tourisme thérapeutique

La piscine rectangulaire du Hammam Essalihine à Khenchela.

L’Algérie compte de nombreuses stations thermales dont :

Tourisme culturel

Article détaillé : Culture algérienne.

Biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco

Musées

Article détaillé : Liste de musées en Algérie.

Festivals et Événements

Témoignages

Certains architectes ont laissé une empreinte forte dans le panorama algérien, parmi eux Oscar Niemeyer15 qui écrit dans ses mémoires : « J’aimais cette ville (Alger) accueillante, ses rues qui descendaient, tortueuses vers la mer. Ses criques et ses petites baies, ses plages de galets, la Méditerranée riche en légendes et mystères, les petites maisons blanches, presque aveugles, pour se protéger du vent. […] Mais c’est à Constantine que j’ai laissé mon meilleur travail : l’Université Mentouri de Constantine. Je ne voulais pas faire une œuvre courante, mais une université qui soit le reflet de la technique d’aujourd’hui. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s